La Quête - An Zéro La Source

An Zéro La Source
1668 Lettre de Barthélémy Jacques Desquerre
Aller au contenu
Tribunal révolutionnaire de Montagne Bon Air
Vers l’an zéro, les patronymes n’existaient pas, seuls des prénoms étaient donnés aux individus, qui s’installaient dans une région vierge d’habitation. Construisaient leur maison, cultivant leurs champs à proximité d’un point d’eau.
Les patronymes n’existaient pas encore, seul des prénoms simples ou parfois accolés étaient utilisés. Au fil des siècles cette composition a donné un patronyme complet comme « Jean-jean » devenu « JEANJEAN » se complique lorsque le prénom est identique et qu’il se répète dans la descendance.
Ils se mariaient entre eux, ou bien issus de provenances différentes.
Au fils des ans et des naissances ils forment un clan, dans cette demeure qu’ils agrandissent aux besoins de chacun.
Ce domaine appartient désormais à une famille, qui lui donne un nom qui peut être celui du père du mari ou celle de l’épouse, ou encore une création nommée « XXY »
carte des conquêtes romaines
hameau médiéval
Les maisons se renforcent contre les animaux prédateurs, le climat et ses intempéries. Un lieu de culte est créé, les terres cultivables sont placées à proximité. Autres individus y viennent pour travailler comme ouvrier, métayer, laboureur, se marient la descendance de la famille du lieu
La descendance produit des ouvriers, agriculteur, guerrier pour défendre le domaine dont le maître n’est autre que le propriétaire des lieux « XXY »
La féodalité arrivant, les demeures se sont fortifiées par de hauts murs, des remparts formant un cercle autour du hameau formé de maisons, devient une puissante forteresse, avec son château-donjon, ses dépendances et maisons annexes
Pour vivre et commercer avec l’extérieur, des caravanes de marchands se formaient pour aller de village en village, vendre ou échanger les denrées
Dans un domaine d’une famille « XXY » les enfants mâles et femelles naissaient, se mariaient et restaient auprès du domaine, ou bien allaient dans une autre région pour créer leur propre lignée en utilisant leur patronyme « XXY » transmis par le père ou mère.
D’après certaines traditions installées, le premier fils né devient l’aîné, à son mariage il héritera du titre de la maison « Seigneur ou Héritier de » d’une partie des biens et des deniers, dans certains clans l’héritage peut être transmis à une fille, si elle se marie pour assurer la descendance de la famille.
C’est bien le nom du domaine, de la maison qui est transmis, qui représente notre origine à présent
Pour ceux du même sang, même famille, lignée, clan, il est stipulé son appartenance par son titre « héritier, seigneur de »
Au fil des siècles les unions ont mélangé nombres de familles de clans différents, portant parfois des patronymes différents comme « XYY ». Une héritière XYY se marie avec un descendant XXY, la descendance sera mixte XYY+XXY, mais le patronyme lui deviendra XYY.








document archive
Juxue Larramendy
Le patronyme Larramendy est  une étendue plate en haut d’un mont, qui surplombe les habitations de la vallée.

Dit aussi « mont de lande » ou « lande de montagne » à Juxue en l’an 1249, dont le site écarté sur une colline domine le lieu et l’ensemble de l’habitat ancien

Retrouvé les années après dans le répertoire des maisons nobles du Béarn, en l’an 1365, 1412 (salle de Larramendi)

Le 8 septembre 1365, le seigneur de Mixe et Ostabarès, Amanieu d’Albret vicomte de Tartas, réunit l’assemblée des habitant d’Ostibarret, là où il est coutume de tenir cour des caviers, laboureurs et habitants (lieu à Cibits compris entre les maisons Eiherabide et Etxepare), il fait lire la lettre du roi de Navarre à lui adressée comme seigneurs de ces terres.
Suit la liste de 12 nobles  présents et 12 nobles absent , nommés par le nom de leur maison. Chacun prête serment sur la croix et les évangiles à Amanieu d’Albret d’être « bon et loyal au vicomte de Tartas.. » son « seigneur »
- Seigneur de Saut « Zaldu de Cibits »
- Arabide de Juxue
- Sarhie de Juxue
- Otsoui  à Juxue
- Berraute à Asme
- Salle Nave de la parropoie d’Ostabat
- La sale d’Azpe « Azpun Jauregui en 1350, fivatier de Laxague »
- Sale de Sivitz, Liçaragay (Elizagarai à Bunus)
- Sent Jagme à Ibarre
- Salle d’Otze à Hosta
- Santa Marie à Larceveau
- Larramendy à Juxue
- Sente Gracie à Juxue
- Muret (Murulu à Arros)
- La Sale de Bunes à Bunus
- La Sale de Larçabau à Larceveau
- Casa Mayor d’Ivarolle à Ibarolle ( Etxegapare)
- Uhart de Medixe parropie
- Arangoys (Arangoiz de Garris)
- Salle d’Ybarty (Yvarrbeheti à Ibarre)
- Amezçague (Ametzaga à Ibarre)


1365 Maisons nobles en béarn
Peyroton, seigneur de la maison noble de Larrondo, en Soule, marié à Marie de Sarhie, héritière de la maison noble de Sarhie de Juxue, on Ostabaret

Marie de Sarhie convola ensuite par contrat le 4 novembre 1463 avec Tristan de Larramendy, héritier de la Salle et Gentillesse de Larramendy de Juxue

1463 maison noble de Larramendy à Juxue
1501 Maison noble de Larramendy à Juxue
Jean II d’Irumberry de Sallaberry à Bussunaritz en pays de Cize, déclaré héritier par son père dans son contrat de mariage, à condition qu’il donne la moitié de ses biens à Pierre son second frère, et ses trois sœurs.

Il fut déchargé de la quote-part des sommes accordées au Roi de Navarre, par les trois Etats du pays pour les années 1526 à 1530, suivant un arrêt contradictoire rendu à l’audience de la Chancellerie tenu à Ladarbau en Béarn, le 12 aout 1533, entre lui et les habitants de la paroisse de Bussunarits.

Jean II épousa par contrat fait à Juxue le 22 septembre 1501, avec Clara de Larramendy, fille aînée de Don Fernando, Seigneur de Larramendy du Juxue


Jean IV d’Irumberry de Sallaberry à Bussunaritz en pays de Cize, épousa par contrat le 1er Septembre 1641 Marguerite d’Eremont de Lostal

Ses enfants furent :
- Dominique, devient prêtre, prieur d’Utziat
- Jeanne, mariée avec Arnoul d’Elitche d’Ainhize
- Marie, marièe avec Arnoul de Garat
- Anne, mariée avec Dominique de Rospide
- Jeanne mariée avec Batholomé d’Esquerra, sieur de la salle de Larramendy de Juxue
- Gracieuse, mariée avec François sieur de la maison d’Etchepare d’Arhanxus

Salle de Larramendy de Juxue
Cette quête pour retrouver la source, je l’ai lancée en l’an 2000, réuni tous les actes et archives disponibles en ligne, certaines récupérées dans le village d’Ordiarp, fournies par sa mairie et son service administratif. Ajouts de la famille de mon épouse pour son ascendance complète avec cousins et cousines. Autres sont venus de cousines du Béarn, d’Argentine.

2021 Entame la nouvelle décennie, de nouvelles recherches élargies avec l’aide d’autres passionnées, membres de cette immense famille qui n’a de cesse de se retrouver. Nous pourrons alors construire l’arbre complet de nos sources avec celles des unions, des alliances.
À cela s’ajouteront ceux des autres familles qui la composent

Une grande saga historique qui réunira plusieurs milliers d’individus sur de nombreux continents de notre planète
Chris hérite de la maison LARRAMENDY du village de Pagolle, devient Chris De LARRAMENDY du village de Pagolle, Chris Héritier De LARRAMENDY du village de Pagolle, ou encore Chris De LARRAMENDY de Pagolle

Chris habite la maison de LARRAMENDY du village de Pagolle, devient aussi CHRIS de LARRAMENDY de Pagolle

Il ne faut pas confondre noblesse et provenance, certains actes portent la notation "Noble de".
Une héritière provient d'une famille aisée mais pas obligatoirement liée à la royauté

Les archives royales donnent l’éclairage sur les maisons nobles du Béarn, établissent le nom des familles et descendances, dont certaines branches très éparpillées requièrent beaucoup d’énergies, de bras et cerveaux pour être retrouvés.


genealogy family
CJ ROCHETTE  CREAPROMEDIA Réalisation
Retourner au contenu